01 40 70 13 28 

46 Rue de l'Amiral Hamelin

75116 Paris

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

© 2023 by Women of Tech. Proudly created with Wix.com

11:00-13:00 : 2ème Plateau 

La fusion du numérique et de la transition écologique

Partie 1 : GreenTech/CleanTech : Régénérer notre environnement 

Eric Philippon

Président de FAMAE

1-IMG_7844 copie.jpeg

Version Française :

 

Diplômé de polytechnique, il poursuit ses études aux Etats-Unis où il « étudie le film noir pour s’ouvrir les neurones ». Sa curiosité à toute épreuve sera un formidable atout pour la suite de son parcours. Recruté dans le cabinet de conseil A.T Kearney, il travaille un an en Asie puis au Brésil « dans le retail, le milieu du capital investissement et l’optimisation des coûts ». À la fin des années 90, il est chassé par la Caisse des dépôts pour « une activité d’achat d’entreprises avec effets de levier ». Pendant 6 ans, avec une équipe de trentenaire, ils investissent dans des entreprises
et réussissent à multiplier par trois leur capital investissement initial. « On était intéressé sur les résultats, on a tous très bien gagné notre vie » reconnaît Eric, qui garde surtout un sentiment de liberté de cette époque. L’aventure prend fin et il décide de monter un fonds d’investissement avec un ami qu’il fusionnera avec 123 venture dont il restera au comité directoire. « Pendant 10 ans, j’ai fais beaucoup d’investissements avec du capital développement dont 300 millions d’euros dans les énergies renouvelables ». À cette époque, il s’intéresse beaucoup au développement durable, notamment aux projets relatifs aux éoliennes et au gaz naturel. « On s’est rendu compte qu’il y avait une demande des investisseurs, un marché et un bénéfice pour la société. La finance durable doit posséder un rendement, même s’il est mesuré, sinon c’est de la philanthropie ». Né à Saint-Junien, près de Limoges, Eric grandit avec la mer comme terrain de jeu. « L’été, j’allais ramasser les plastiques sur la plage d’Oléron. Mes grands-parents avaient également une maison au bord de la mer et j’ai vu l’influence directe du réchauffement climatique avec la montée des eaux » explique-t-il. Sa sensibilité à l’environnement n’est pas nouvelle, elle s’est insinuée en lui depuis sa tendre enfance. Et aujourd’hui, c’est en pensant à l’avenir de ses propres enfants, qu’il se bat pour défendre la planète. « J’ai gagné de l’argent et je me suis dit qu’il était temps de faire quelque chose de beau, de bien ». Une sorte de social calling qui l’a mené à monter FAMAE, une fondation qui veut financer des « objets simples et innovants permettant d’améliorer la vie quotidienne de centaines de millions d’urbains et baisser leurs dépenses tout en réduisant leur empreinte environnementale dans les domaines des déchets, de l’eau, de l’alimentation, de la qualité de l’air, de l’énergie… ».

Ce projet est une prise de conscience, une volonté de s’engager et surtout, une initiative familiale. « En 2016, nous avons eu une réunion de famille très émouvante et j’ai voulu proposer un dernier projet à mes parents » explique Eric. Même si ceux-ci ne travaillent pas vraiment dessus, ils participent à son développement. Le nom même de FAMAE est un clin d’oeil à sa famille et correspond à la première lettre des prénoms de ses parents et de ses frères et soeurs.

English Version : 

Graduate from Polytechnic, he continues his studies in the United States where he studies "the black Movie" to open his neurons". His natural curiosity will be a great asset for the rest of his career. Hired by the consulting firm A.T Kearney, he worked for one year in Asia and Brazil "in retail, private equity and cost optimization".
At the end of the 90s, he was head hunted by Caisse des Dépôts for "a leveraged buying activity". For six years, with a team of
thirty, they invested in companies and managed to triple their initial investment capital. "We were interested in the results, we all made a very good living" admits Eric, who keeps a sense of freedom of this time. The adventure ends and he decided to set up an investment fund with a friend that he will merge with 123 venture which he will remain on the board of directors.

« During 10 years, I made a lot of investments with capital development including 300 million euros in renewable energies".

At that time, Eric was very interested in sustainable development, particularly wind turbine and natural gas projects.

« We realized there was an investor demand, a market and a profit for the company. Sustainable finance must have a return, even if it is limited, otherwise it is philanthropy. » Born in Saint-Junien, near Limoges, Eric grew up with the sea as a playground. "In the summer, I was going to collect plastics on the beach of Oléron. My grandparents also had a house by the sea and I saw the direct influence of global warming with rising water, "he explains. His sensitivity to the environment is not new, he has been in him since childhood. And today, it is by thinking about the future of his own children, that he fights to defend the planet. "I made money and I thought it was time to do something beautiful, good." A sort of social calling that led to the rise of FAMAE, a foundation that wants to finance "simple and innovative objects that improve the daily lives of hundreds of millions of people and rreduce their expenses while reducing their environmental footprint. In areas of waste, water, food, air quality, energy ... ". This project is an awareness, a willingness to commit and above all, a family initiative. "In 2016, we had a very moving family meeting and I wanted to propose a last project to my parents," explains Eric. Even if they do not really work on it, they participate in its development. The very name of FAMAE is a reference to his family and corresponds to the first letter of the names of his parents and siblings.